Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A nous de faire la part des choses : http://freezon.fr.nf/

Elections grecques: Syriza semble avoir remporté une victoire historique

Publié le 3 Décembre 2015 par Didier in democratie, Crise, Escros

Au 25-01-2015

Au 25-01-2015

Au 25-01-2015

Ajout du 11-02-2015

Ajout du 12-02-2015

Il est hors de question qu’un peuple entier paie quelque chose qui ne peut en aucun cas être remboursé.

Ajout du 21-02-2015

Ajout du 02-03-2015

Ajout du 18-03-2015

Ajout du 10-04-2015

Ajout du 20-06-2015

Ajout du 01-07-2015

Ajout du 01-07-2015

Ajout du 01-07-2015

Ajout du 01-07-2015

Ajout du 03-07-2015

Ajout du 03-07-2015

Ajout du 07-07-2015

YV : Les Français sont terrifiés. Ils sont terrifiés parce qu'ils savent que, s'ils réduisent leur déficit budgétaire aux niveaux que demande Berlin, le gouvernement parisien tombera certainement. Il leur est absolument impossible politiquement de mettre en place le type d'austérité qui est exigé d'eux par Berlin. Et quand je dis par Berlin, je veux dire par Berlin, je ne veux pas dire par Bruxelles, je veux dire par Berlin. Alors ils essaient de gagner du temps. C'est ce qu'ils font, comme vous le savez, depuis quelques années. Ils essaient de gagner du temps en repoussant le moment où ils devront réduire leur déficit en dessous de 3,5%, 3%, selon les critères de Maastricht et le pacte de stabilité et de croissance.
Et en même temps, Wolfgang Schäuble a un plan. J'ai écrit un article aujourd'hui pour Die Zeit, un journal allemand, un article assez complet et je pense contestataire, dans lequel j'ai expliqué le plan de M. Schäuble. C'est un moment agréable dans la vie d'un homme quand on n'a pas besoin de théoriser, car tout ce que j'ai eu à faire, ça a été de transmettre le plan comme le Dr Schäuble me l'a décrit. Et la façon dont il me l'a décrit est très simple.
Il croit que la zone euro n'est pas durable telle qu'elle est. Il croit qu'il doit y avoir des transferts fiscaux, un certain degré d'union politique. Il croit que, pour que l'union politique fonctionne sans fédération, sans la légitimité qu'un Parlement fédéral régulièrement élu peut accorder à un exécutif, il faut l'imposer d'une manière très disciplinaire. Et il m'a dit explicitement que le Grexit, une sortie de la Grèce, va lui fournir un pouvoir de négociation suffisant, un pouvoir de terreur suffisant, pour imposer aux Français ce à quoi Paris [le gouvernement français] résiste. Et qu'est ce que c'est ? C'est un certain degré de transfert des pouvoirs de décisions budgétaires de Paris vers Bruxelles.

Ajout du 21-08-2015

Commenter cet article